Recommander

Sélection

lalettrevolee  @  yahoo.fr

W3C

  • Flux RSS des articles

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Archives

Essais / Histoire

Lundi 6 janvier 2014 1 06 /01 /Jan /2014 00:13

fdh.jpg

 

Mon livre d’histoire préféré. Je l’ai lu à 11 ans, et viens de le relire, 33 années plus tard. Entre temps je n'en avais gardé que l'impression d'une passionnante lecture.

Intéressant de voir ce qui avait pu me fasciner à l’époque : l’extraordinaire destin de Frédéric II, gamin solitaire qui s’est quasiment élevé seul à Palerme, puis devient empereur.

Ce que je ne savais pas en revanche sur le moment c’est que l’auteur, Jacques Benoist-Méchin, a été collabo (secrétaire d’état sous Pétain, il se défendra à son procès en mettant sa volonté de collaboration sur le compte de son fédéralisme européen : « Quand je suis de passage à la SDN, à Genève, avec Briand, et que Briand parle de fédération européenne, je l'écoute et je pense qu'il a raison »). Cela n’a pas empêché de Gaulle de faire distribuer son "Histoire de l’armée allemande" aux officiers de l’état-major de l’armée française après 1944.

On peut donc être politiquement douteux et bon historien – probablement est-il dépassé sur bien des points, mais son style reste très lisible.

On voit bien en lisant cette biographie ce qui a pu amener l’auteur à admirer Hitler. En Frédéric II, Benoist-Méchin voit l’homme qui a pu, un moment, unir l’Occident – et même lui allier l’Orient. Ce besoin d’empire et de conquête se retrouve d’ailleurs dans toute la série de biographies de Benoist-Méchin : Alexandre, Napoléon, Lyautey, Lawrence d’Arabie. Il écrit d’ailleurs : « Frédéric justifiait la prophétie de Nietzche qui devait voir en lui le prototype du surhomme, tel qu’il le définirait six siècles plus tard : « j’annonce l’apparition d’une nouvelle race d’hommes, supranationale et nomade, possédant, physiologiquement, une faculté d’assimilation très supérieure au commun des mortels ». La citation suivante de Nietzche à propos de Frédéric II ouvre d'ailleurs le livre : "le premier européen selon mon goût.

Qu’ai-je donc appris en relisant ce livre, avec certes un oeil neuf et un poil plus instruit ?

Frédéric II a été moderne au XIIIème siècle et reste même aujourd'hui une personnalité exceptionnelle. Il a été tout ensemble chef de guerre, poète, cultivé, parlant plusieurs langues dont l’arabe ; rationalisateur de son État – principalement le royaume de Sicile - et philosophe.

Il a créé par exemple, à Naples, une université formant des fonctionnaires où les élèves étaient nourris et logés pendant leur scolarité. Innovation formidable pour l’époque, on n’y enseignait pas le droit canon. (Résultat : « sous l’impulsion de cette administration dynamique […] la Sicile connut avec le temps un puissant essor économique et devint le premier état unitaire et centralisé de l’Europe »).

A Salerne, il crée une école de médecine où l’on pratiquait les dissections, encore interdites ailleurs par l’église.

C’est un pape, Grégoire IX, qui lui adresse une injure qui, lue aujourd’hui, fait un beau compliment : « ce roi de pestilence affirme ouvertement que l’homme ne doit croire que ce qui peut être démontré par l’expérience et la raison ».

 

 


Cette ouverture d’esprit a amené Frédéric II à une relation de proximité et de confiance avec l’Islam, peut-être parce qu’il se serait bien vu, comme le Califat instauré par Mahomet, à la fois chef spirituel et temporel. Peut-être, en sens inverse, parce que l’Islam de l’époque est bien plus éclairé que le christianisme : « en résumé, on pouvait dire que, pour l’église chrétienne, le développement des connaissances n’aboutissait qu’à élargir le règne de Satan. Tandis que, pour l’Islam, l’élargissement de la connaissance des lois qui gouvernent le monde équivalait à un approfondissement de la connaissance de Dieu… »

Cette vie remémore aussi l’histoire complexe de l’Europe. Le Saint-Empire Romain germanique, alliance, pour faire simple, de l’Italie ; de la France de Marseille à l’Alsace en remontant le Rhône et de l’Allemagne, a été un objet politique étonnant dont la nostalgie demeure – les pages Europe de The Economist s’appellent Charlemagne, comme le prix de l’européen de l’année.

Il est cependant également méconnu et une annexe très bien faite sur l’histoire de l’empire, permet de comprendre le processus complexe de désignation de l’empereur : élection par la diète allemande, approbation du peuple romain (principalement la curie, donc le pape, en réalité), couronnement en Allemagne et sacre à Rome – l’approbation papale.

On voit donc concrètement, à travers les nombreuses démêlées entre Frédéric II et plusieurs papes successifs (avec plusieurs excommunications de Frédéric), comment cette institution baroque était une tentative d’articulation entre pouvoir temporel et spirituel : disjoints dans leur exercice mais se rejoignant à chaque succession. On constate aussi le rôle très temporel joué par l’Eglise, notamment à travers la volonté papale de se conserver un territoire propre.

Ces dissensions internes n’empêchent pas que le couple papauté et empire forme l’armature de la chrétienté de l’époque – l’Angleterre et la France constituant déjà des entités particulières au sein de l’ensemble.

L’unité se forme principalement contre l’extérieur, à l’occasion des croisades tout d’abord. Il est assez plaisant de voir comment Frédéric II prend Jérusalem en 1229 quasiment sans combat, avec l’assentiment du Sultan d’Egypte et de Syrie, Al-Kâmil. Il a fait patienter le pape huit années avant de consentir à partir en guerre, et a dû faire semblant d’affronter le sultan, son ami de longue date, pour donner à leur échange la face d’un honnête conflit religieux. On est effaré par la bêtise de l’église de l’époque, qui fait interdire le Saint-Sépulcre pour punir Frédéric, le jour même où le Sultan en personne fait visiter les lieux saints musulmans à l’empereur…

 

Al-Kamil_Muhammad_al-Malik_and_Frederick_II_Holy_Roman_Empe.jpg

Frédéric II et Al Kamil


L’unité joue également lorsque les invasions mongoles menacent l’est de l’empire. Frédéric écrit aux monarques chrétiens européens pour les mobiliser, en des termes que ne renieraient pas un fédéraliste moderne : « Un peuple de barbares se répand sur nos pays comme un terrible fléau… Il veut détruire l’humanité et régner seul sur la terre par son nombre et sa puissance. […] La paix et l’union doivent régner entre les souverains. Il faut que cessent les discordes qui firent si souvent les malheurs de la Chrétienté…  […] qu’enfin tous les fiers et glorieux pays de l’Occident envoient avec joie leur magnifique chevalerie combattre sous le signe de la Croix… »

 

 

 


 

Près de 800 ans après Frédéric II,

la Commission européenne

fait jouer la peur de l'étranger

 

A propos de ces lettres de Frédéric II, Benoist-Méchin, fédéraliste et collabo, (et même, de ses propres déclarations, collabo parce que fédéraliste), écrit : « ces lettres n’étaient pas seulement des cris d’alarme : elles étaient – on peut le dire sans forcer les mots – un appel à la conscience européenne. »

Aujourd’hui, un lecteur pressé pourrait se dire que la nostalgie impériale se lit dans la construction européenne. L’Allemagne joue le rôle du pouvoir temporel et de l’empereur, l’Italie de Prodi et Letta joue le rôle spirituel du Pape ;  la BCE sise à Francfort et dirigée par Draghi est un beau symbole de ce rêve archaïque remis en selle par la guerre. Au milieu, la France comme toujours divisée, avec ses féodaux jouant l'empire contre le royaume.

Parallèle rapide mis à part, ce livre mérite d’être lu pour lui-même et indépendamment de tout débat sur la construction européenne. Il est bien écrit, bien construit, et fort riche.

 

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires - Publié dans : Essais / Histoire
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés