Sélection

lalettrevolee  @  yahoo.fr

Recherche

16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 09:14
Joie, joie !

Malgré la profondeur abyssale de mon classement wikio (si Monsieur Wikio passe par là j'aimerais bien être classé en Politique, merci d'avance), des statistiques de fréquentation pas déshonorantes mais pas flamboyantes non plus, une autorité Technorati à peine avouable
, bref, malgré l'aspect "pour vivre heureux vivons caché" de ce blog discret, j'ai été repéré par des cartographeurs de blogs influents.

Certes il y avait déjà eu quelques citations provenant de e-toile
, qui faisaient exception à la règle, non écrite mais parfaitement respectée, qui veut qu'un blog ouiste bien pensant ne renvoie jamais à un blog noniste. Mais sait-on jamais, on peut être lu par des lecteurs silencieux et discrets, qui jamais ne laisseront une trace (pas comme certain qui veille à laisser sa grosse commission quotidienne en commentaire).

Donc hier un visiteur est passé sur ce blog, à partir d'un lien intrigant :




L'adresse n'est accessible que sur mot de passe. Sur la partie publique du site Weetrack, on lit que "WeeTrack suit en temps réel les sources les plus influentes du web : médias, blogs, forums".

Me voici donc enfin dans le saint des saints de la blogosphère : le cercle sacré des influençeurs ? Weetrak aurait inclus ce blog dans une cartographie des "influents".

Peut-être est-ce pour le compte d'un fabricant de boissons anisées, soucieux de suivre mes avis réputés sur les boissons
les plus diverses ? Qui d'autre ?

Une recherche rapide permet d'apprendre qu'Opinion Way, ce respectable - hum - institut de sondages online est derrière Weetrack. Me voilà bientôt dans le Figaro à l'appui du dixième sondage consécutif expliquant combien les français sont heureux de Nicolas Sarkozy ?

Une autre recherche m'indique également que Weetrack est utilisé par une cellule de veille qui travaille pour le gouvernement :

Watch veille pour le gouvernement

Watch, le département de veille conseil de TBWA Corporate consacré aux phénomènes d'opinion et d'influence, a remporté l'appel d'offres (12 dossiers en lice) du Service d'information du gouvernement (SIG) portant sur la veille de l'action gouvernementale dans les médias en ligne. [...]

Tableau de bord en continu

Watch utilise le moteur de veille Weetrack développé par l'institut d'études Opinion Way. « Nos consultants analysent manuellement 300 retombées presse par jour, la tonalité de l'opinion et les tendances émergentes », précise Nicolas Narcisse. Pour l'occasion, Watch a créé l'indice d'intensité médiatique en ligne, qui croise la nature éditoriale des articles (dépêches, articles, édito) avec l'audience du site et la taille de l'article. Toutes les données sont mises en ligne sur une plate-forme, ce qui permet au client de disposer d'un tableau de bord en continu. Concernant les études d'image par les médias hors ligne (presse, audiovisuel), Danielle Carassik précise qu'un appel d'offres a été lancé par le SIG et est ouvert jusqu'au 4 décembre.



Hum... Ma joie s'assombrit. Me voici surveillé ? par le gouvernement ? Je vous laisse, j'entends frapper...



Partager cet article

Rédigé par Edgar - dans Blogosphère
commenter cet article

commentaires

gilles 26/11/2009 15:57


Le libraire le plus fréquenté d'Orléans ( Privat Place de la Réplublique ) a été racheté par une filiale du groupe de communication Bertelsmann.
C'est l'occasion ou jamais de vous parler du groupe Bertelsmann.

La maison Bertelsmann fut le plus grand éditeur de brochures de propagande de l'armée nazie durant la Seconde guerre mondiale. Une révélation de la commission indépendante d'historiens mise en
place par le groupe pour examiner son passé de 1933 à 1945. Parmi les quelque 75 millions de livres et brochures commandés par la Wehrmacht pour soutenir le moral de ses soldats, C.Bertelsmann
(le nom de la maison à l'époque) en a publié plus de 20 millions, soit près d'un quart du total, a compté le groupe d'historiens réunis sous la présidence de l'Américain Saul Friedländer.
C.Bertelsmann fut ainsi la première maison d'édition de la Wehrmacht, avant même l'éditeur du parti nazi qui se classe deuxième. L'affaire a grandement profité à la maison Bertelsmann. La
commission mise en place l'an dernier après que la presse eut accusé le groupe d'occulter son passé, montre aussi que le patron de l'époque, Heinrich Mohn, qui faisait jusqu'à présent la fierté
de la maison pour avoir été membre d'une Eglise protestante en résistance contre la politique religieuse du régime, avait aussi une face noire. Henrich Mohn, fut aussi membre bienfaiteur des SS,
un cercle de généreux donateurs qui ne participait certes pas aux exactions de la troupe mais l'encourageait financièrement. Après la guerre, Henrich Mohn omit d'abord de déclarer avoir été
membre bienfaiteur de la SS, ce qui lui permit de passer à travers les mailles de la dénazification. Dès 1946, sa maison obtenait une nouvelle licence pour imprimer des livres. Bertelsmann allait
devenir le plus grand groupe européen de communication.


Ce groupe au passé nazi possède un empire dans les médias (Prisma Presse qui comprend entre autres : Geo, Capital,Stern, Femme Actuelle,Télé-Loisirs, Gala,Voici,VSD… ), RTL, M6 … promeut la soit-disant
"construction européenne" qui n'est que la destruction de la démocratie, des droits des travailleurs et de la spécificité et de la diversité des peuples européens, une soit-disant "construction
européenne" intégrée à l'OTAN dans une vision idéologique euro-atlantiste de
construction d'un grand marché transatlantique.. Le groupe Bertelsmann a mené une campagne acharnée pour le oui au TCE en France et aux Pays-Bas ainsi pour l'adoption du Traité de Lisbonne.


Dans le cas européen, les efforts de la Fondation Bertelsmann sont probants
puisqu’elle a joué un rôle décisif dans la relance du projet de constitution européenne après les non français et hollandais en 2005. En effet, un rapport a été adopté par le Parlement européen
en janvier 2006 appelant à remettre sur les rails l’idée d’une constitution dotée de la personnalité juridique (droit accordé à l’Union européenne d’être un acteur reconnu sur la scène
internationale). Malgré le non irlandais en juin 2008, le projet de constitution est maintenu. Or, les deux rapporteurs, les députés anglais et autrichien au Parlement européen, Andrew Duff et
Johannes Voggenhuber, ont travaillé en liaison étroite avec la Fondation Bertelsmann. Celle-ci a bénéficié de relais au sein du Parlement européen comme les présidents des commissions des
Affaires étrangères et constitutionnelles (Elmar Brok et Jo leinen) pour remettre en vigueur l’idéal politique de Valéry Giscard d’Estaing.


J'aurais aimé garder mes illusions et continuer à croire à l'Europe démocratique et sociale, mais ouvrir les yeux, c'est grandir. C'est soit l'un, soit l'autre. L'empire ou la démocratie.



16/05/2008 15:31

Terra Nova t'aura vendu !